Toujours chez Actes Sud (je pense que c'est LA maison d'édition "importante" qui me passionne le plus. Sans bling-bling et sans actionnaire majoritaire, sans coup de pub, les Nyssen s'engagent et nous proposent toujours des auteurs qu'on a l'impression de "découvrir", et qui nous emportent dans leur conviction, leur honnêteté...), toujours un auteur français contemporain, même si ce roman a presque vingt ans maintenant.

 

J'ai lu au début de l'année (scolaire, l'année, toujours, comme pour Beauvoir) "Ah ! ça ira..." de Denis Lachaud, dont je n'ai pas réussi à parler ici (pas le temps, pas capable de faire passer l'importance de ce roman... Je n'en dirai qu'une chose : il y a un an, donc, Denis Lachaud racontait dans une fiction un mouvement populaire spontané, horizontal et sans leader, d'occupation de l'espace public en protestation contre une société qui laisse trop de gens sur le côté. Ça vous rappelle quelque chose ??), mais qui m'a enthousiasmé au-delà de ce que je peux en dire.

Et donc, quand j'ai croisé cet autre roman du même auteur sur les rayonnages du bouquiniste, je me suis empressée de l'ajouter dans ma besace. D'autant plus qu'il y a vingt ans je me souviens parfaitement avoir entendu des critiques élogieuses de ce "J'apprends l'Allemand" et m'être promis de le lire, ce que j'ai donc finalement fait... aujroud'hui.

IMG_2429

Nous suivons Ernst Wommel, né en France dans les années 60, fils de deux allemands qui ne lui parlent qu'en français, et n'évoquent jamais leur pays d'origine. Si Max, le frère aîné, semble parfaitement s'acomoder de la situation, Ernst veut savoir. Il commence donc par choisir d'apprendre cette langue, celle de ses parents, celle de ses origines, celle qu'ils n'ont pas voulu lui transmettre. Avec l'allemand, c'est l'Allemagne qui s'ouvre à lui : voyage scolaire, correspondant allemand qui devient son ami, sa deuxième famille; et c'est en interrogeant cette famille allemande sur son passé qu'il finira par avoir le courage de chercher à découvrir l'histoire de ses grands-parents.

Roman court car allant à l'essentiel, ce livre sur la famille, les origines, les secrets, leur acceptation (à travers le personnage du frère d'Ernst et de certains membres de la famille allemande), leur refus, parle avant tout du temps qu'il faut pour construire son identité, pour assumer sans culpabiliser, pour accepter et savoir sans pour autant excuser...