Un bref extrait de ce bref roman, histoire d'amour à Saint Petersbourg entre un rêveur et une jeune fille exaltée...

 

Le narrateur raconte à la jeune fille le fil de ses rêveries, des romances qu'il s'invente pendant des heures; rêverie brutalement interrompue par la visite d'un ami :

 

"Oh, concédez, Nastenka, qu'on peut bien sursauter, se troubler et rougir comme un écolier qui fourre dans sa poche une pomme qu'il vient de voler dans le jardin du voisin, quand une espèce de grand flandrin, éclatant de santé, un bon vivant et un joyeux luron, votre hôte inattendu, ouvre votre porte et crie, comme si de rien n'était : "Salut mon petit gars, j'arrive tout droit de Pavlovsk !" Mon Dieu ! Le vieux comte vient de mourir, un bonheur indicible s'ouvre devant vous - et vlan ! des gens arrivent de Pavlovsk !"

 

(traduction d'André Markowicz)