Dans les romans américain, le héros est toujours un homme d'une cinquantaine d'années; il est toujours prof de littérature à la fac; toujours divorcé; et, toujours, il va aller passer quelques temps dans un chalet au bord d'un lac, en pleine nature. Il conduira une voiture d'une marque typiquement américaine, une Dodge par exemple...

C'est fort de ces constatations et de sa liste de clichés que Tanguy Viel se lance donc dans la rédaction de "La disparition de Jim Sullivan ", un roman américain qui rassemble tous les évènements cités ci-dessus.

J'ai bien aimé ce procédé narratif, dans lequel l'auteur s'adresse à nous et nous raconte ce qu'il écrirait dans son roman américain, et comment il l'écrirait, sans du coup forcément l'écrire "pour de vrai"... Malgré tout, il nous brosse le portrait de son héros, Dwayne, de ses échecs sentimentaux, de la lente dérive de son existence... Avec en trame de fonds ce Jim Sullivan, chanteur folk disparu dans le désert en 1975, laissant sa voiture abandonnée et ses affaires dans une chambre de motel.

 Un bref roman, qui se lit plaisamment...

 

 

(lu dans le cadre du challenge américain)

Source: Externe